Du MHSC au Angel City FC : Clarisse Le Bihan rejoint le club fondé par l’actrice Nathalie Portman

Entretien avec l’attaquante du MHSC qui a signé pour deux saisons avec Angel City.

Quel bilan faites-vous des six saisons passées au MHSC ?

Je suis arrivée à 20 ans. Je commençais à côtoyer l’équipe de France. Je débarquais de Guingamp dans un club vraiment professionnel et structuré avec un centre d’entraînement. Je considère mon arrivée à Montpellier comme un déclic pour que le football devienne un mode de vie. J’étais concentrée sur mes performances, je me suis totalement impliquée.

J’ai été tout de suite très bien accueillie, j’étais comme chez moi dès les premiers jours. On a fait une superbe première saison (2016-2017) avec la qualification en Ligue des champions. J’ai grandi au fur et à mesure des années, j’ai évolué dans ma personnalité et dans mon jeu. J’étais très impliquée au MHSC. Je n’étais pas une joueuse lambda mais plutôt une personne importante au sein du club.

Depuis longtemps, vous aviez l’idée de partir jouer aux États-Unis où le football féminin est un sport important ?

Déjà quand j’étais petite, je voulais aller jouer aux USA. Le football féminin là-bas a une bonne image. Le fait de ne plus être en sélection nationale m’avait fait perdre un peu l’espoir. J’ai toujours gardé dans un coin de ma tête l’idée de partir à l’étranger, de vivre autre chose. J’ai fait 13 saisons en D1 avec une belle évolution.

À 27 ans, soit je m’inscrivais sur le long terme à Montpellier soit j’allais voir ailleurs. C’était inattendu, une offre est tombée, le projet m’a plu. Le train est arrivé et je ne voulais pas le laisser passer.

Vous rejoignez donc Angel City, le club de Los Angeles…

C’est un club qui a été créé récemment par l’actrice américaine Natalie Portman avec 99 investisseurs. L’idée de départ est liée aux conditions des sportives et leur reconversion. Abby Wambach (double championne olympique et championne du monde avec les États-Unis) est aussi dans le projet qui est composé de femmes à tous les postes.

La structure est dingue, c’est même au-dessus de ce qu’on peut voir chez les garçons en France. Le 30 avril aura lieu le premier match officiel en championnat NWSL de l’histoire d’Angel City.

Le fait que le club soit dirigé exclusivement par des femmes a-t-il compté dans votre choix ?

C’est un plus mais pas une condition primordiale. Se dire qu’on arrive dans nouveau projet, c’est excitant. Il y a beaucoup de bonnes volontés. Je vais vivre les premiers instants du club en étant, en plus, la première française. Je n’ai pas voulu laisser passer ma chance.

Vous allez donc passer de Montpellier à Los Angeles…

Ça va être dingue surtout que je ne suis jamais allée aux États-Unis. Je vais prendre une claque, je suis pressée d’y aller, de voir et de découvrir la ville. Ça n’aura rien à voir avec Montpellier et avec tout ce que j’ai pu voir dans ma vie.

Ces deux saisons vont être une expérience de fou humainement et sportivement. On va jouer dans un gros stade de 25 000 places. Tous les tickets sont déjà vendus pour le premier match.

Avez-vous déjà échangé avec Natalie Portman ?

Non pas encore (rires). Mais je ne désespère pas. Je suis en contact quotidien avec le club et Vanessa Gilles, une joueuse canadienne qui parle français.

Rejoignez notre newsletter

 la vie est trop courte pour les e-mails ennuyeux.
Inscrivez-vous pour obtenir les meilleures infos, offres, idées et plus encore!